L’installation électrique d’un logement doit être rénovée régulièrement, non seulement pour assurer une sécurité optimale, mais également pour offrir un confort moderne. Pourtant de nombreux particuliers hésitent, car un tel projet peut rapidement coûter cher. Les plus bricoleurs ont parfois l’idée de réaliser eux-mêmes cette opération, mais ne maîtrisent pas toutes les contraintes techniques du sujet. Il existe pourtant une norme que l’on doit impérativement suivre lors d’une construction neuve, d’une rénovation élecrique ou de la création d’une extension : la norme NF C15-100. Voici les éléments principaux de ce texte, qui est véritablement le livre de chevet de tout électricien qui se respecte.

La norme électrique de référence la NF C15-100

La norme NF C15-100 apparaît en 1956, mais ne devient obligatoire pour les bâtiments neufs qu’en 1969. Depuis, il s’agit d’une norme obligatoire qui définit chaque critère des installations électriques en courant inférieur à 1000vAC et 1500vDC.

Le fameux classeur violet (chaque édition de la norme a une couleur spécifique) est apparu en 2002 et reste la référence actuellement. Le texte a cependant connu 7 amendements, dont le dernier date de juin 2015.

La norme a 3 missions principales: 

  1. Assurer la sécurité des biens et des personnes.
  2. Garantir un confort moderne et une possibilité d’évolution.
  3. Favoriser la possibilité d’économies d’énergie.

Le respect de cette norme permet de composer une installation de qualité et entièrement sécurisée, tout en assurant le développement des réseaux modernes comme l’Ethernet ou les protocoles domotiques.

 

Les règles de sécurité

Très logiquement la norme attache une grande importance à assurer la sécurité des installations électriques. Il est impossible de résumer l’intégralité des règles de la norme, car certains points sont très spécifiques, mais les grandes lignes reprennent des orientations qui déterminent l’aspect de l’installation. On retrouve donc entre autres :

  • Les sections de fils à utiliser.
  • Le nombre de prises et points lumière par circuits.
  • L’intensité des circuits.
  • La composition du tableau électrique.
  • Les distances de sécurité avec les autres éléments du bâti.

Pour calculer le coût de votre rénovation électrique, il est important de prendre en compte ces règles en amont, car leur respect peut engendrer l’achat de plus ou moins de matériel.

On trouve également un zonage pour les pièces humides, très utile lors de la rénovation d’une salle de bain :

  • Volume 0 : Zone de contact direct à l’eau (douche ou baignoire), appareils très basse tension uniquement (12vAC ou 30vDC).
  • Volume 1 : Zone de 2,25m au-dessus du volume 0, appareils très basse tension ou chauffe-eau (DDHS 30mA).
  • Volume 2 : 60cm autour du volume 1, uniquement prises rasoir (IP2x), conducteurs électriques sous gaines (1 seul tenant), appareils de classe 2.
  • Volume 3 : 40cm autour du volume 2, prise confort avec terre et appareils de classe 1, le tout protégé par un DDHS de 30mA.

Vous trouverez aussi toutes les indications de sécurité nécessaire pour déterminer l’implantation du plan électrique dans les cloisons, ou encore les systèmes indiqués de mise à la terre.

Les prescriptions de confort

Toute une partie du texte de cette norme est consacrée aux prescriptions de confort. La norme NF C15-100 a en effet également été pensée pour assurer un confort moderne et uniforme à minima. Rien ne vous empêche de faire mieux que ces indications, mais vous ne pourrez cependant pas faire moins.

On retrouve des recommandations par lieux :

  • Espaces extérieurs : 1 point lumière par entrée.
  • Cuisine : 1 point lumière, 6 prises confort (10 ou 16A) dont 4 en hauteur, 1 circuit 32A pour une plaque de cuisson ou cuisinière, 2 circuits de 20A pour des appareils spécialisés (réfrigérateur, lave-vaisselle, etc.).
  • Couloir : 1 point lumière, 1 prise confort de 16A si plus de 4m².
  • Séjour, pièce à vivre : 1 point lumière, 1 prise confort de 16A, plus une supplémentaire par tranche de 4m² avec un minimum de 5, 1 prise RJ45, 1 prise TV, 1 prise télécom.
  • Chambre : 1 point lumière, 1 prise RJ45, 3 prises confort de 16A.
  • Salle de bain : 1 point lumière, 1 prise confort de 16A, 1 prise de confort 16A à proximité de la commande lumière.
  • WC : 1 point lumière.

Il existe en outre des indications non obligatoires, comme l’intégration d’un coffret de communication sur la gaine technique du logement, généralement situé sous le tableau électrique, ou même intégré à ce dernier.

«Rénovation électrique» est finalement un terme assez vague, qui peut aller de la remise à neuf électrique partielle à la réparation globale de l’équipement, et le niveau du budget est évidemment dans une fourchette très différente. En moyenne, le prix de la rénovation électrique est de 50 à 100 euros le mètre carré.