Dans la lutte contre le réchauffement climatique, un des principaux points d’efforts se situe au niveau du chauffage d’un logement. C’est, en effet, la première source de pollution d’un ménage et peut représenter jusqu’à 60% de la consommation énergétique totale de celui-ci. Un moyen innovant est cependant en vogue depuis une décennie afin de faire baisser ce chiffre : les pompes à chaleur. A travers ce guide, nous reviendrons sur tous les différents aspects à maîtriser si vous souhaitez changer de moyen de chauffage en sérénité. 

Pompes à chaleur : fonctionnement et avantages 

La majorité des moyens de chauffage reposent sur le principe de faire chauffer l’air soit grâce à une résistance électrique à l’air libre, soit en brûlant un combustible (gaz, mazout, bois…) dont la chaleur viendra ensuite réchauffer une gaine d’eau circulant dans tout le bâtiment. Ces deux moyens sont régulièrement dénoncés pour leurs consommations excessives d’énergie et pour leurs faibles rendements. Les pompes à chaleur sont elles basées sur un autre principe : utiliser le différentiel de température entre l’intérieur d’un logement et l’extérieur de celui-ci. Fonctionnant à l’électricité, les pompes à chaleur sont pourtant capables de tels rendements que certaines peuvent restituer plus d’énergies qu’elles n’en consomment. Il faut également préciser la réversibilité du système d’une pompe à chaleur. Il peut en effet fonctionner comme chauffage l’hiver, mais également comme climatisation l’été ! 

Un autre avantage des pompes à chaleur est leur côté versatile. Non seulement elles peuvent réchauffer l’intérieur du logement de différentes manières, mais elles peuvent également trouver leurs sources d’énergie externe dans différents milieux. Ainsi, il existe différents types de pompes à chaleur (PAC) : 

  • Les PAC air-air, les plus courantes, prennent comme source de chaleur l’air extérieur afin d’en extraire de l’énergie, afin de la redistribuer ensuite sous forme d’air chaud soufflé à l’intérieur du logement. 
  • Les PAC air-eau ont la même source d’énergie que les air-air, cependant elles vont redistribuer la chaleur dans un circuit d’eau. Celui-ci peut être un plancher chauffant ou un circuit de radiateurs à eau. Avec un appoint électrique, il est également possible d’utiliser sa PAC air-eau afin de chauffer son ballon d’eau chaude. 
  • Les PAC géothermiques sont moins courantes et plus onéreuses, mais ont l’avantage d’être les plus efficaces. Ce type de pompes à chaleur va lui aller chercher de la chaleur dans le sol ou dans une nappe phréatique, qui sont à la même température tout au long de l’année. Afin d’installer une PAC géothermique, il y a plusieurs options. On peut, en fonction de sa situation, soit forer un trou entre 50m et 150m de profondeur afin d’y insérer un tuyau d’eau, soit le faire passer en boucle sous son terrain entre 50cm et 120cm de profondeur.

Pompes à chaleur : où en installer une ? 

Les pompes à chaleur présentent malgré tout un défaut majeur : il faut que l’environnement dans lequel elles prennent leur énergie soit suffisamment chaud. En effet, si les pompes à chaleur géothermiques font appel à la chaleur constante du sol, les PAC air-air ou air-eau utilisent, elles, la chaleur de l’air. Les PAC fonctionnent sur un principe de compression-condensation-évaporation qui permet de concentrer la chaleur de l’air, lui donnant ainsi une température supérieure à celle de l’extérieur.

Cependant, passé un certain degré de froid, les pompes à chaleur deviennent extrêmement gourmandes en énergie. Pour cette raison, il existe en France différentes zones afin de vérifier son SCOP, coefficient de performance saisonnier, qui vous indiquera la possibilité d’installer une PAC dans votre région, et si oui, la puissance requise. En général, il est considéré qu’une pompe à chaleur air-air de moyenne gamme perd une grande partie de ses avantages énergétiques quand la température à l’extérieur est inférieure à 7°C. Cela peut toutefois fortement changer en fonction de la puissance et du modèle de votre PAC ! Si vous habitez dans une région très froide, il vous sera toutefois recommandé d’installer une PAC géothermique. 

Enfin, il faut prendre en compte le dernier défaut des pompes à chaleur, le bruit. En effet, la pompe à chaleur, à cause de son cycle de fonctionnement, peut provoquer un certain bruit. Il est donc recommandé d’installer la partie externe de votre PAC d’un côté inutilisé de votre logement. Il faut également désolidariser l’appareil de votre mur, afin que les vibrations ne puissent pas se répercuter à l’intérieur de votre habitation. Il peut également être intéressant d’installer un mur anti-bruit autour de votre PAC afin que celle-ci ne gêne pas vos voisins.